Le 28 mai 2020

 

Chère Sofia,

Hier, je faisais connaissance avec le Club du Café des Rêves, cet endroit magique que tu as créé pour que les entrepreneurs puissent se rencontrer autour de questions autres que les sempiternelles discussions marketing ou stratégie. Ce n’est pas qu’elles soient inintéressantes mais il y a déjà tant d’autres lieux pour ça.

Non, chez toi, c’est tout différent. Et ces trois premières heures ensemble ont été riches en surprises et découvertes…

En synchronicités d’abord : hier matin, en publiant mes premiers tableaux sur Pinterest, j’ai découvert l’univers de Gribouilli Street et j’ai tout de suite accroché. Et l’après-midi, qui est-ce que je retrouve parmi les pionnières du Club ? Magali, créatrice de Gribouilli Street !

Décidemment, même le monde du web est tout petit. D’ailleurs, même si nos rencontres sont virtuelles, j’ai l’impression que nous nous sommes vues en vrai. C’était plein de convivialité et de simplicité.

En créativité ensuite. Que c’était gai de travailler ensemble à la réalisation d’un mood board sur nos projets. Je suis addict au collage spontané mais je ne l’avais jamais pratiqué en groupe.

En grandes questions surtout, l’air de rien en papotant tout en découpant ou en dessinant. La prochaine fois, il faudra que je pense à m’équiper d’un carnet pour ne rien oublier de ces échanges passionnants.

Une question me turlupine depuis : est-ce que mon activité, c’est moi ou est-ce qu’elle a sa propre existence, ses propres couleurs ? Pas simple cette question… Très très chatouillante même alors que mon cœur de métier, c’est d’aider mes clientes à explorer le cœur de leur marque perso.

Et que dire de ta newsletter de ce jeudi ? Que les synchronicités ne font que commencer ?

Moi aussi, ça fait un bout de temps que j’ai envie d’inclure plus de créativité dans le ioLabo. Pourtant, je chipote. Même si j’utilise déjà des exercices créatifs dans mes accompagnements, j’ai envie de plus ou d’autre chose. Et notre après-midi d’hier ne fait que me conforter dans cette idée.

Dans la série des envies en ébullition, il y a aussi cette partie-ci du blog. Au départ, je voulais l’appeler « Lettre à … ». Mais je n’ai pas osé. Je ne sais pas pourquoi. Ce n’était pourtant pas très audacieux. Peut-être que ça faisait trop Rilke ou Zweig et que je ne suis que moi.

Puis à la lecture de ton mail d’aujourd’hui, c’est devenu une évidence. Non seulement, j’allais te répondre mais j’allais le faire via le blog et rebaptiser la rubrique « confidences ».

Je me demande jusqu’où le Café des Rêves va m’emmener !

Vivement notre prochaine rencontre et encore merci d’avoir osé le club.

Affectueusement.

S. comme So excited

 

PS : fais gaffe aux courriers signés « S. comme », j’ai appris à mes dépens qu’ils détenaient de drôles de pouvoirs.