Un joli site web, c’est pas si compliqué. Et ça fait toute la différence ! Parce que ton site, c’est évidemment bien plus qu’une carte de visite avec tes coordonnées.

C’est là que ton client se rend parce qu’il veut mieux te connaitre et savoir si vous êtes faits l’un pour l’autre. C’est donc hyper important qu’il soit à ton image et agréable à parcourir.

Que tu fasses appel à un expert ou que tu le conçoives toi-même, il y a plusieurs points qui méritent de retenir ton attention.

Deux conseils avant de les passer en revue :

  1. Pour garder sous la main tes idées, questions et découvertes, équipe-toi d’un carnet. Tu pourras y noter tout ce qui émerge.
  2. Pas de censure ! Laisse ta raison de côté. Vas-y au feeling. Connecte-toi à ton intuition et à tes sensations. Ne te demande pas si c’est ok d’oser tel ou tel truc pour ton activité. Prends ce qui vient, même si ça te semble farfelu ou inadapté. Tu feras le tri plus tard si nécessaire.

Rappelle-toi que les marques qui cartonnent sont celles qui osent sortir du lot et être elles-mêmes.

Ready ?

 

#1 Inspire-toi !

Pour débuter, prends le temps de visiter un maximum de sites web, surtout ceux qui te plaisent, et note ce que tu aimes/tu n’aimes pas et pourquoi.

Tu peux aussi explorer les visuels proposés par Canva (www.Canva.com). Il existe une version gratuite de cet outil. Dans les modèles proposés, notamment les modèles de sites web, tu trouveras toutes sortes de design.

L’idée n’est évidemment pas de copier ce que font les autres mais de s’en inspirer, de cerner les éléments qui te correspondent pour créer ta propre palette. 

#2 Mise sur l’ambiance

Dans la vraie vie, quelles sont les ambiances dans lesquelles tu te sens bien ? Quelles sont celles dans lesquelles tu te sens mal ?

Et sur les sites web, sur Canva,  quelles sont celles qui te plaisent ?

  • Epuré, aéré ou plutôt généreux, dense ?
  • Design, classique, rétro, … ?
  • Féminin, masculin, mixte, enfantin ?
  • Organisé ou déstructuré ?
  • Symétrique ou décentré ?
  • Lumineux ou sombre ?
  • Chaud ou froid ?

Quels sont les adjectifs que tu utiliserais pour qualifier les sites que tu préfères: luxueux, dynamiques, fun, sérieux, cosy, originaux, rustiques, naturel, travaillé, doux, dur, … ?

Qu’est-ce qui s’en dégage ?

Quels sont les éléments qui amènent ces sensations ? Observe les photos, les symboles, les couleurs, la typographie, l’agencement, …

Sans te préoccuper du lien avec ton activité, note tout ce qui te vient sur ces ambiances.

Tu peux classer tes idées en deux colonnes : j’aime/j’aime pas.

Ensuite choisis un à trois mots qui correspondent à ton ambiance préférée.

 

#3 Ose un univers décalé

Si tu veux te démarquer, tu dois… te démarquer.

Je n’en peux plus de ces sites de banquiers où se promènent des mecs en costard-cravate gris et des femmes en tailleur et chemisier blanc, une serviette ou un portable sous le bras.

Ou des sites web d’avocats avec des clichés de palais de justice et de balance. Aaargh…

Ou de dentistes qui mettent des dents et des blouses blanches partout.

C’est d’un lassant. Le cerveau n’accroche pas. Donc, il ne retient pas.

Sors de ton domaine pro, enrichis-le d’un autre univers. Sois loufoque, brainstorme sans censure puis sélectionne le thème qui te parle le plus.

Besoin d’inspiration ?

Regarde devant toi, autour de toi, dans les magazines posés sur la table…

Quelles sont tes passions ? Quel est le sujet sur lequel tu lis sans cesse, quel est ton film préféré, le truc dont tu ne peux t’empêcher de parler, avec quoi t’es hyper maniaque ? C’est quoi le contraire de ce que tu détestes ? Où est-ce que tu adores être (devant un feu de bois, au resto, sur la plage, au milieu de plein de gens, …) ?

Tu peux être dentiste et choisir le monde des chats, avocat inspiré par le cinéma, menuisier dingue de fleurs, médecin branché vacances, comptable fan du côté obscur de la force, cuisinier cycliste…

Open up your possibilities !

Si tu trouves l’univers qui te plait et qu’en même temps tu n’oses pas, c’est que tu es sur la bonne voie… Si, si !

Intègre cet univers de manière plus ou moins subtile, plus ou moins diffuse : dans tes couleurs, tes photos, le champ sémantique de tes textes, les bordures de tes photos (ex : négatifs pour cinéma), les puces de tes listes, les fonds texturés, en filigrane, dans les clichés de natures mortes…

Tu n’es évidemment pas obligé(e) d’avoir la main lourde et de te déguiser en chat sur ta page à propos (mais si tu es dentiste et que tu fais ça, promis, je n’oublierai pas ton site web de sitôt !)

Il ne faudrait pas non plus que le visiteur confonde le menuisier avec un fleuriste, le médecin avec une agence de voyages, l’avocat avec une star de cinéma, le comptable avec le père de Luke S. ou le cuisinier avec le maillot jaune  …

Bref, tu as compris l’idée : suggestion subtile. 😉

 

#4 Soigne la typo

Tu savais qu’Apple est né de la passion de Steve Jobs pour la calligraphie ? Le choix des polices, ce n’est pas un détail. Prends-donc le temps de les passer en revue. Quelles sont celles qui collent avec l’ambiance et l’univers qui te parlent ? Tu peux trouver un bel échantillon en tapant « Google Fonts » dans Google.

Je te conseille d’en choisir deux (maximum trois) : une bien lisible pour les textes et l’autre plus originale pour les titres.

Quand tu passeras à la rédaction, n’abuse pas du gras, de l’italique ou du souligné.

Ne multiplie pas non plus les tailles : une pour le texte et une par niveau de titre. Pas plus.

Idem avec les couleurs : une seule pour le corps de texte et deux à trois autres pour les titres, liens hypertextes, boutons, etc.

Quand un site web dégage quelque chose de bricolé, d’amateur, c’est souvent parce qu’il est surchargé de trucs inutiles. A trop vouloir faire « travaillé », ça fait cheap…

 

#5 Joue avec les couleurs

Tes couleurs jouent un rôle important dans le fait que tes clients potentiels décident ou non de travailler avec toi.

En effet, la charge émotionnelle des couleurs est intense.

Or, c’est notre cerveau émotionnel (et non notre cerveau rationnel) qui a le dernier mot. Même si nous pensons prendre des décisions mûrement réfléchies, ce sont nos émotions qui gouvernent.

Mieux vaut donc ne pas se louper sur la question.

Il est important que ta palette de couleurs :

  • Comprenne une couleur adaptée pour les textes (ex : gris foncé) et une à cinq autres couleurs (tu peux même aller jusqu’à 10 couleurs au total mais ça devient plus compliquée d’avoir une marque facile à mémoriser).
  • Te corresponde.
  • Soit harmonieuse.
  • Soit durable dans le temps.
  • Soit reprise sur chacun de tes supports de communication (site web, cartes de visite, flyers, signatures mail, publications sur les réseaux sociaux, …)

Voici quelques pistes pour la découvrir :

Ton logo

Si tu as déjà un logo, qu’il te convient et que tu sens qu’il est raccord avec ta marque perso, ne cherche pas plus loin. Utilise ses couleurs pour créer ta palette.

Si tu ne connais pas les codes couleurs de ton logo, tu peux utiliser Adobe Color (https://color.adobe.com/fr/create) : via l’onglet « extraire le thème », il suffit de télécharger une photo de ton logo et d’y ponctionner les codes couleurs (onglet “extraire le dégradé”).

Le langage des couleurs

Si le cœur t’en dit, tu peux aller jeter un coup d’œil sur les sites qui parlent de la symbolique des couleurs.

Cela étant, une même couleur peut avoir beaucoup de significations différentes (et parfois contradictoires).

De plus, le fait que la couleur soit chaude, froide, claire ou sombre influence ce qu’elle dégage. Un bleu turquoise ne raconte pas la même chose qu’un bleu royal ou un bleu canard.

Enfin, la signification des couleurs varie selon les cultures.

Par conséquent, mieux vaut pousser l’exploration un peu plus loin.

Par ailleurs, il peut être intéressant de se démarquer en sortant des codes habituels : l’écologie n’est pas nécessairement verte ni le pouvoir rouge ou le luxe doré…

Les palettes saisonnières

Les couleurs peuvent être classées en fonction des saisons :

  • Printemps : lumineuses et chaudes
  • Eté : lumineuses et froides
  • Automne : sombres et chaudes
  • Hiver : sombres et froides.

Tu pourras facilement trouver ces quatre palettes en cherchant sur le web et en extraire les couleurs qui te plaisent via Adobe Color, comme expliqué ci-dessus.

L’avantage des palettes saisonnières est qu’au sein d’une même saison, toutes les couleurs s’harmonisent entre elles. Evite par contre de mélanger les saisons.

Une photo

Si tu disposes d’une photo qui correspond à ta marque perso et dont les couleurs te plaisent, tu peux utiliser les couleurs de celles-ci.

Une fois encore, pour déterminer ces couleurs, Adobe Color est ton ami.

#6 Montre ta binette !

Je sais que les petites entreprises et les indépendants qui débutent rechignent à mettre de l’argent dans leur communication. Je peux comprendre leur point de vue.

Mais s’il y a bien un point sur lequel c’est une très mauvaise idée de faire l’impasse, c’est celui du shooting pro.

Pourquoi?

Parce que c’est hyper important que tu te montres sur ton site web, surtout si tu vends des services et plus encore si tu exerces un métier de l’accompagnement.

Ce que tes clients potentiels veulent savoir c’est qui tu es, bien plus que de savoir ce que tu fais et comment tu le fais.

Tu serais d’accord qu’un médecin dont tu n’as pas vu le visage te soigne ? Probablement pas. Parce que c’est flippant.

Tu t’engagerais dans un programme de coaching pour atteindre tes objectifs avec un professionnel qui se cache derrière des tonnes de textes et de photos bateaux ? Non plus. Parce que ça sent le manque de confiance.

Même si tu es introverti, timide, … ou que tu ne trouves pas photogénique, montre-toi !

Pas en bas de page ou dans une mini pastille. Non, montre-toi vraiment. Avec une photo qui te ressemble. Et qui accroche le regard.

Oublie les images toutes plates de face (genre photo d’identité),  les sourires figés pas naturels du tout (wistitiiiiiiiiiiii) ou les clichés de vacances. C’est sympa dans un album ou sur le mur du salon mais pas sur ton site web.

Fais appel à un pro

La photo de portrait, ce n’est pas juste une histoire de cadrage et de connaissances techniques. C’est tellement plus que ça.

Si la photo est ratée, ce n’est parce que tu es moche ou peu photogénique mais parce que le photographe n’est pas doué.

Un bon photographe a ce pouvoir magique de saisir qui tu es, ce que tu dégages et de le faire ressortir dans de jolis clichés.

Don’t worry : la majorité des gens détestent se faire tirer le portrait et sont vraiment mal à l’aise. Ton photographe connait le problème et trouvera le moyen de passer outre.

Crois-moi : offre-toi le kif d’une séance avec un photographe dont tu apprécies l’univers, tu ne le regretteras pas.

 

Et pour finir…

  • Sois attentif à ce que le visiteur voit en premier : la foutue barre des cookies si tu as respecté les dispositions légales, et puis ? Le numéro de téléphone sur le haut de la page est-il indispensable ? WordPress offre cette option mais est-elle utile dans ton cas? Si tu es le centre antipoison, assurément. Mais sinon ? Quand tu rencontres quelqu’un pour la première fois, est-ce qu’après une seconde et demi, tu lui files ton numéro de téléphone ? Ben, sur ton site web, c’est pareil…
  • Tu trouves que ton site est fort vide parce que tu n’as pas un milliard de trucs à raconter et tu n’as pas envie d’écrire pour écrire ? Essaie de mettre un fond texturé en lien avec l’univers que tu as choisi. Sache toutefois, si tu vises un bon référencement, que Google pénalise les pages aux textes trop courts. Mais nous sommes bien d’accord : y’a pas que Gogo-Le-Petit-Robot dans la vie…
  • Si tu es fan de fenêtres pop-up (moi, je les déteste), ne les laisse pas surgir trop vite. Ca donne l’image d’un entrepreneur affamé terrifié à l’idée de ne pas harponner le client.
  • Quant aux animations, diaporamas et autres widgets, ce n’est pas parce que ça existe qu’il faut les utiliser. A quoi bon surcharger le cerveau de ton visiteur et de ralentir ton site si ça n’apporte aucune plus-value ?
  • N’oublie pas de vérifier que ton site est responsive et que l’affichage est parfait sur pc comme sur tablette ou smartphone.
  • Enfin, supprime le superflu : le design est fini quand il n’y a plus rien à enlever.

 

Enjoy !